Confessions d’un trader sur son parcours et son apprentissage

Vous ne le savez pas mais il se passe une activité en « sous marin » que les lecteurs de ce blog ne peuvent imaginer…

J’ai de nombreux échanges de mails avec certains d’entre vous. Je tombe souvent sur des histoires touchantes, ou des demandes plus terre à terre.

Mais lorsque je reçois un message axé sur l’apprentissage et l’amélioration de son trading, je me sens parfois obligé de le publier pour aider toute la communauté.

C’est tout frais et ca vient de Pierre (il fait partie des passionnés qui interviennent sous la vidéo hebdo).

Confessions d’un trader

Par Pierre L.

Bonjour Cédric,

Alors comme d’hab, j’ai quelques questions, quand tu auras le temps. Je te prie de m’excuser par avance, mes mails sont longs. 

——————
Retour SABM :
J’ai parcouru SABM deux fois ces derniers jours. Elle m’a très intéressé, car elle me permet de rationaliser l’utilisation des trendlines, que j’utilisais beaucoup, mais pas dans le cadre d’une accélération de tendance : enfin si je voyais bien que les trendlines s’accentuaient, mais je ne savais pas quoi en faire !! Ca conjointement au R et aux autres figures (DOW (ça vient d’ou ce terme ?) et DIP)
Elle fourmille de détails, avec des principes forts. Honnêtement, j’aime vraiment beaucoup EABM, TPG, SABM. Parcequ’on y « sent » la manière dont tu opères au cas par cas.
* Il y a trois façons de gérer ses sorties :
1 – soit sortir selon les trailing stop automatiques plan de trade (RDM, LDM, PEAD)
2 – soit sortir selon un objectif de R (SABM)
3 – soit sortir en collant au comportement propre de l’action (SABM)
C’est bien cela ? En gros la dernière approche si bien maitrisée, remplace avantageusement les deux autres ?
* stop sur le marché
En synthèse TPG + SABM : mon stop loss cesse d’être mental dès que
*  on le remonte une première fois
* le prix l’a touché intraday mais n’a pas cloturé dessous
=> dans SABM, mon stop est déjà toujours placé sur le marché.
* neutralisation du R1
————————————–
remarque stop LDM & choppy :
J’ai remarqué que le stop suiveur LDM est très robuste, et est généralement cassé dans deux cas :
– renversement de tendance
– juste avant creux principal de consolidation profonde ; bien souvent il n’est pas inquiété par une consolidation.
Par contre, je ne l’ai pas vu donner de « faux signal » sur le début de trade, la partie neutralisation (TPG). A tel point que j’ai tendance à bien le checker quand je remonte mes stops (quand j’ai un doute).
——-
DRB :
A l’usage, les screener de post-breakout DRB sont vraiment bien. Gros gain de temps sur le screening.
—————————————–
« Les restaurants II : Le Retour » :
Suite à la video sur les restaurants, j’ai beaucoup réfléchi car je ne me rendais pas compte que ma question (le R du trader de breakout « tardif » n’est pas le R du « précoce », et donc pourquoi pas neutraliser sur le R du précoce même si on est tardif ?) était de l’ordre « coupage de cheveu en 4 ».
En fait l’une des réponses qu’on pourrait faire (corrige moi) c’est qu’on trade « son trade » selon l’échelle de temps/prix propre à ce dernier. Un peu comme si on tradait sur une chart de 2 jours et demi qui présente les mêmes caractéristiques « fractales » que le daily mais pas les mêmes Open et Close. Donc si on a décidé de prendre le trade, c’est bien parce que même « tardif » on lui trouve un gros potentiel, et non pas pour rattraper les précoces. Donc si c’est le cas, la logique doit marcher dans notre échelle de temps/prix.
———————————————-
plan de travail pour les mois à venir :
Je suis sur le point de commencer un long « backtest d’entrainement », à la main, avec tes méthodes. Il me faut encore finir mon petit programme de screener sur données historiques qui me permette de ne pas tricher (dans PRT, je « verrai le futur » involontairement. Buts :
1) pratique, pratique, pratique (j’ai plus ma mémoire de mes 30 ans 🙁 )
2) prise de confiance (profonde, pas « mentale ») par la répétition et l’exhaustivité
3) mesurer tout un tas de métriques pour quantifier ce que je juge de travers et corriger le tir sur la base de stats (et me rendre compte que c’est ce que tu disais depuis le départ !). Par exemple : des courbes de nombre d’opportunités renvoyées par les screener en fonction des phases de marché.
J’espère que je vais réussir à faire ça, et si oui, je partagerais bien les résultats pour une critique.
———————–
Merci et à bientôt :
Désolé pour la longueur, et j’espère que tout se passe bien chez toi.
~~
Pierre L.

Ma réponse à ce trader prometteur

Bonjour Pierre,

je pense avoir bouclé la boucle des informations de trading purement techniques avec Sortir au bon moment – SABM.

Tes mails sont toujours très agréables et pertinents (ne change rien!).

Je traite dans l’ordre:

Dow: vient de la théorie établi par monsieur Dow qui relate plusieurs points pour apprécier et valider la tendance d’un marché.

Deep: « profond », je ne sais plus d’où ça vient, c’est un terme que j’emploie depuis des années pour dire « longue mèche » / ramassage.

*Il y a effectivement 3 façons de gérer ses sorties:

1 – Les stops automatiques des plans de trade PEAD, LDM et RDM:

Ils sont parfaits pour structurer son approche du trading et maitriser la routine de trading.

En effet, au début, le trader a déjà suffisamment de travail (pour ne pas se concentrer sur la partie II de SABM) car il doit développer ses compétences à reconnaitre les bons contextes de trading (Entrer au bon moment – EABM).

2 – La revente sur pur objectif :

Convient très bien aux traders qui préfèrent revendre sur des objectifs qui correspondent à leur psychologie (étudié dans partie statistique de SABM). Et cela sans avoir à développer des compétences avancées pour sortir au meilleur moment statistique.

La revente sur pur objectif s’utilise avec le stop automatique du plan de trade cible, ou les outils avancés de SABM.

3 – Sortir en collant au comportement de l’action par palier (partie II avancée de SABM)

La maitrise de ce concept permet d’amener son trading au niveau le plus avancé.

*Le stop cesse d’être mental dès que l’action entre dans un rythme cadencé ou qu’un creux significatif est enregistré.

Il nous faut un repère visuel significatif pour commencer à être physiquement présent sur le marché avec un stop suiveur.

Petit rappel :

TPG gère les mouvements mous et qui ne vont nulle part. Puis elle passe la main à SABM quand l’action entre en tendance.

Remarque stop LDM & Marché Choppy

Effectivement les leaders possèdent par nature moins de momentum que les roquettes. Le stop auto de LDM doit coller à cette personnalité. Du coup pendant les marchés nerveux et sans tendances, le stop auto de LDM tient très bien le cap car il est plus large.

DRB – Détecter les rushs boursiers avec l’effet papillon : (>> voir les vidéos)

Le gain de temps est effectivement inestimable. De manière générale, je préfère passer à côté de plusieurs opportunités mais avoir l’esprit complètement clair et libre en utilisant le post breakout.

Ce choix est personnel et change selon mes humeurs.

En fonction de son état d’esprit, le trader peut combiner le post et le pré breakout, voir uniquement le pré breakout. Il faut s’écouter et écouter le marché, il n’y a pas de mauvais choix tant que ce dernier ne génère pas une émotion forte chez le trader (ou un sentiment de brouillard dans son esprit).

« Les restaurants II : Le Retour »: (>> voir la vidéo)

Tu as un bien résumé : on reste dans l’instant présent (qui est une fractale d’un instant plus important). On trade son trade sur son UT et sur son propre R, définit graphiquement.

Concernant ton plan de travail pour les mois à venir :

Se confronter à de nombreux trades, mêmes fictifs est certainement la meilleure façon d’accélérer son expertise. Cela va te permettre de développer ta capacité procédurale ainsi qu’une sensibilité que certains appellent l’intuition.

Quel que soit le chemin emprunté, la répétition de la procédure du trade est la clé.

Avec plaisir pour ton retour d’expérience et les résultats.

A très vite

Cédric

0 Commentaire

Laisser un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*