Comment transformer le CAC 40 en machine à cash

5 Commentaires

  1. Pierre 24/06/2014 Répondre

    Bonjour à tus(tes)

    Pour faire suite à certains commentaires de la semaine dernière, j’identifie (je cherche à le quantifier, work in progress) deux points mis en exergue les conditions de marché actuelles :
    – les faux signaux sont nombreux car beaucoup d’actions suivent de très près la moindre correction de l’indice à la baisse (surtout US), sans pour autant compenser à la hausse : beaucoup d’actions sont “suiveuses / trainardes” (laggards)
    – les leaders de chaque mini-rally sont précoces, et pas nécessairement “en consolidation”, et pareto leur affecte 80% des gains, comme il se doit.

    Je remarque que nous avons tendance (via commentaires) :
    – soit à couper tôt les gains (ce qui implique d’augmenter le taux de reussite, or c’est le facteur le plus difficile à “impacter”)
    – soit à tenir longtemps et à finir avec beaucoup de breakeven et de petites pertes, mais je ne vois pas d’autre façon de capturer un bon trend (ce qui consiste à accepter des pertes)

    Des avis ?

  2. Ludo 24/06/2014 Répondre

    Bonsoir Pierre,

    la sortie d’une position dépend selon moi de plusieurs paramètres :
    a) le niveau de volatilité lors de l’entrée en position et du contexte sur les échelles de temps supérieures (cf. site de Dan Zanger dans la rubrique historique de positions).
    Tu pourras constater que le tryptique est toujours le même.
    b) le développement des Bollingers (comme proposé dans un autre poste, lire le livre de P.Cahen sur l’ATDMF concernant les chapitres bulles et parallèles). Je pourrais poster sur le blog un récapitulatif que j’ai réalisé avec accord de Cédric si certains sont intéressés.
    c) le niveau d'”élasticité” des cours sur l’échelle supérieure (exemple ALDIR). Autrement dit l’élasticité est si importante que la probabilité d’évolution des cotations est très faible et il vaut mieux sortir. C’est sur ce critère que j’ai dégagé le titre. C’est un peu comme un trek en haute montagne si tu dépasses les 400 mètres par jour de dénivelées et bien il y a un rappel à l’ordre 🙂
    d) le dernier point est que si il n’y a pas d’inquiétude de la part des investisseurs pour reprendre les propos de Cédric, il faut reconnaître qu’il y a un manque de catalyseurs.

    Bonne soirée Pierre

    • pierre 24/06/2014 Répondre

      merci Ludo pour cette réponse détaillée. 🙂

      • pierre 24/06/2014 Répondre

        (et bien sur preneur de tout post que tu pourrais réaliser sur ces sujets)

        • Ludo 25/06/2014 Répondre

          Pierre pour ton info j’ai demandé à Cédric ton adresse de messagerie. De cette manière je te l’enverrais si tu est partant. Il est toujours délicat de publier sans l’accord de l’auteur une synthèse de ses travaux en ligne.

          @+ Ludo

Laisser un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*